Aquitaine décroissance

vers une démocratie générale

Valls cible les écologistes radicaux.


Pour Valls, des groupes contestataires environnementalistes sont une « menace » pour la démocratie.

  Le ministre Manuel Valls a adressé, le 21 mars 2014 aux
  directeurs généraux de la police nationale et de la gendarmerie
  nationale et aux préfets, une instruction sur la réforme du
  renseignement territorial. Elle vise entre autres « certains groupes
  contestataires animalistes et environnementalistes » chez qui sont
  observées des « pratiques violentes ». Ces groupes font partie des
  « principales menaces dirigées contre une démocratie comme la nôtre et
  contre l’intégrité des institutions qui la font vivre », avec
  « l’ultra-gauche », « l’ultra-droite » ou encore certaines « minorités
  radicales qui entendent contester les institutions républicaines ».
 
  La réforme du renseignement territorial doit permettre de mieux lutter
  contre « certains groupes contestataires animalistes et
  environnementalistes » chez qui sont observées des « pratiques violentes »,
  indique Manuel Valls dans une circulaire du 21 mars qu’AEF s’est
  procurée vendredi 27 mars. Déjà en 2013, un rapport de Jean-Jacques
  Urvoas (PS, Finistère), fait au nom de la commission d’enquête sur le
  fonctionnement des services de renseignement français dans le suivi et
  la surveillance des mouvements radicaux armés, avait jugé que la France
  était « confronté [e] à la radicalisation de groupuscules qui mêlent
  revendications politiques, identitaires ou environnementalistes ».

  UNE « ÉCOLOGIE RADICALE », « S’INSPIRANT DES COURANTS ANGLO-SAXONS » ?
 
  Le député, par ailleurs président de la commission des lois, évoquait
  comme une « source d’inquiétude » « l’écologie radicale » « inspirée par des
  courants anglo-saxons particulièrement virulents comme le front de
   libération des animaux (Aminal liberation front) et le front pour la
  libération de la terre (Earth liberation front) ». Elle « pourrait
  également susciter des actions violentes par imitation des autres formes
  de subversion », avait-il écrit. « Les groupes d’ultra-gauche cherchent
  désormais à étendre leur discours contestataire à des causes connexes et
  à établir des liens avec la cause écologiste (actions communes lors des
  sommets mondiaux sur le climat, contre les convois nucléaires, camp de
  Notre-Dame-des-Landes, actions contre la ligne très haute tension
  Cotentin-Maine). »

  « Le 5 novembre 2012, le ministre de l’Intérieur Manuel Valls a ainsi
  souhaité une coopération internationale plus forte face ‘aux formes de
  violence provenant de l’ultra-gauche, de mouvements d’anarchistes ou
  d’autonomes’ en évoquant ‘des groupes violents’ gravitant autour de
  projets comme la ligne ferroviaire à grande vitesse Lyon-Turin »,
  illustre encore le rapport.

————————————————————————————–

source > http://www.aef.info/depeche/f8bbcca0-bd9a-4d05-941e-97433de9dcd6/115113/980bc5d944027e73820645ea6abc1314
Par Claire Avignon

11 avril 2014 Posted by | Désobéissance civile | , | 9 commentaires

   

%d blogueurs aiment cette page :