Aquitaine décroissance

vers une démocratie générale

La Société contre l’État (pdf) de Pierre Clastres


Pierre Clastres
Pierre Clastres.
Philosophe de formation, anthropologue et ethnologue au CNRS puis directeur d’études à la
cinquième section de l’École Pratique des Hautes Études, spécialiste des indiens d’Amérique.
Dans son œuvre la plus reconnue, « La Société contre l’Éta », dont nous rééditons la conclusion, Pierre
Clastres critique à la fois les notions évolutionniste, qui voudrait que l’État organisé soit la finalité de toute
société, et rousseauiste, de l’innocence naturelle de l’homme.
On retiendra sa thèse principale : les sociétés dites « primitives » ne sont pas des sociétés qui
n’auraient pas encore découvert le pouvoir et l’État, mais au contraire des
sociétés construites pour éviter que l’État n’apparaisse.
Trop souvent la société « moderne », la société industrielle et technicienne, est considérée comme l’aboutissement
de l’organisation sociale ou, pour les plus modérés, un stade plus évolué par lesquelles
devront passer les sociétés dite primitives. Il n’en est rien, et Pierre Clastres nous le démontre dans ce texte.
La société primitive n’est pas une société qui n’aurait pas encore abouti à la forme étatique.
Bien au contraire, la société primitive, sans État, est un autre choix de société,
une société qui s’organise de façon à lutter contre l’émergence de l’État et de tout pouvoir coercitif.
Un texte à lire d’urgence

enpdf ici:

————————————————————————–

Pour approfondir on peut également lire le cours de M.Rivière

Publicités

7 novembre 2014 Posted by | Désobéissance civile, Notre démocratie | , , , , | Laisser un commentaire

Vivre l’utopie (film en ligne sur l’espagne de 36)


 (Espagne 1936)

Film intégralement en ligne

Il y a 70 ans, le 19 juillet 1936, les tra­vailleurs espa­gnols des­cen­daient dans la rue, pre­naient les armes et pro­vo­quaient la grève géné­rale dans de nom­breu­ses régions d’Espagne pour répon­dre à la ten­ta­tive de coup d’Etat natio­na­liste à carac­tère fas­ciste déclen­ché la veille. Cette réac­tion, qui peut appa­raî­tre comme spon­ta­née, fut l’œuvre des orga­ni­sa­tions syndicales (CNT et dans une moindre mesure UGT) et politiques telles que la FAI (d’inspiration anarchiste) et du POUM (Parti marxiste anti-stalinien).

Ce film, d’orientation libertaire, revient sur les origines de l’anarchisme en Espagne, sa popularité dans les campagnes d’Andalousie ainsi qu’en Catalogne. Face à l’inca­pa­cité du gou­ver­ne­ment répu­bli­cain à faire face au coup d’Etat du géné­ral Franco, les mili­ces ouvriè­res ont orga­nisé la lutte anti­fas­ciste. En même temps, l’Etat étant qua­si­ment tombé en désué­tude et inca­pa­ble de gérer la situa­tion mili­taire et économique et sociale, les syn­di­cats, CNT et UGT ont pris en charge l’autoges­tion de la société et de l’économie. A Barcelone, l’indus­trie et les trans­ports sont col­lec­ti­vi­sés. Dans les cam­pa­gnes, de nom­breux vil­la­ges met­tent en place des col­lec­ti­vi­tés où la pro­priété privée comme sou­vent l’argent sont sup­pri­més, où les terres sont ras­sem­blées, tra­vaillées col­lec­ti­ve­ment et où les riches­ses pro­dui­tes sont redis­tri­buées selon la bonne vielle devise « de chacun selon ses moyens, à chacun selon ses besoins ». Ce mou­ve­ment attein­dra son plus haut point de déve­lop­pe­ment en Aragon avec la cons­ti­tu­tion du Conseil des col­lec­ti­vi­tés d’Aragon. Dans les pre­miers mois de la Révolution, malgré une situa­tion de guerre civile et tout en devant assu­rer la lutte contre le fas­cisme, le mou­ve­ment révo­lu­tion­naire a réussi le pari d’aug­men­ter la pro­duc­tion par la col­lec­ti­vi­sa­tion mais aussi de déve­lop­per les écoles, le sys­tème de santé, l’accès à la culture, ou encore la condi­tion des femmes dans la société (qui seront les pre­miè­res à obte­nir le droit à l’IVG !).

Malheureusement, un an plus tard, les conquê­tes de la Révolution étaient remi­ses en cause par les jour­nées de mai 1937 à Barcelone où s’affron­tent les mili­tant-e-s révo­lu­tion­nai­res de la CNT, de la FAI et du POUM avec les forces répu­bli­cai­nes et com­mu­nis­tes sou­hai­tant une reprise en main de la situa­tion poli­ti­que, mili­taire et économique par l’Etat cen­tral. Est-ce cette reprise en main qui explique la défaite du camp républicain ou était-elle nécessaire pour affronter le franquisme ? Voilà une question qui reste ouverte et intéresse au plus au point les historiens.

Excellent documentaire sur l’Espagne de 1936 dans lequel une trentaine d’anciens militants anarchistes témoignent de l’application concrète de l’autogestion par plusieurs millions de personnes en Catalogne et en Aragon. Intégralement disponible à partir de notre site.

Par Benoît Borrits,

Un film de Juan Gamero, Francesc Rio, Marina Roca et Mitzi Kotnik-  1h 34
Production : TVE Catalunya
Traduction et adaptation : Catherine Sine

Vivre l’utopie partie 1 par boxon64
Vivre l’utopie 2 par boxon64
vivre l’utopie 3 par boxon64
vivre l’utopie 4 par boxon64
vivre l’utopie 5 par boxon64

9 juin 2012 Posted by | webTV | , , , | Un commentaire

   

%d blogueurs aiment cette page :