Aquitaine décroissance

vers une démocratie générale

Contre le décret rendant obligatoires les protéines d’origine animale à la cantine.

 -2

– Cet article est une mise à jour de celui paru en 2011 au moment du vote du décret. Il est plus que jamais d’actualité malheureusement.

Les végétariens défendent leur liberté de conviction

Contre le décret rendant obligatoires les protéines d’origine animale.

Ces règles de composition des repas concernent l’ensemble de la restauration scolaire publique comme privée.

Elles imposent à six millions d’enfants en âge scolaire la consommation de la viande, du poisson, des produits laitiers et des œufs.

Des décrets analogues sont en préparation pour la quasi-totalité de la restauration collective en France, depuis la maternelle jusqu’aux établissements pour personnes âgées, en passant par les restaurants universitaires, les hôpitaux et les prisons.

C’est ainsi que la loi française, sous couvert d’une mesure de santé publique, interdit l’expression concrète d’une conviction.

Les citoyens végétariens se mobilisent pour défendre leur droit au choix alimentaire.

Un décret excluant

-5

Un décret et un arrêté publiés au Journal officiel du 2 octobre dernier 2011 [1] imposent aux cantines scolaires le respect d’un ensemble de normes censées garantir l’équilibre nutritionnel des repas. Chaque repas doit obligatoirement comporter un «plat protidique» dont les protéines sont exclusivement d’origine animale (viande, poisson, œufs ou fromage), en ignorance de l’existence de sources abondantes de protéines végétales, et un produit laitier supposé représenter le seul moyen de couvrir les besoins en calcium, en ignorance de l’existence d’alternatives végétales et minérales. Une fréquence minimum obligatoire de viande et de poisson est spécifiée.

Il sera donc désormais impossible pour les usagers réguliers des cantines d’être végétariens, c’est-à-dire de l’être tous les jours. Quant à être végétalien, ce ne sera pas possible ne serait-ce que le temps d’un seul repas.

L’enfant végétarien qui parviendrait malgré tout à laisser la viande sur le bord de l’assiette serait contraint de consommer des repas carencés, aucune alternative équilibrée n’étant proposée.

Une attaque contre la liberté de conviction

-4

De nombreuses personnes dans le monde ont la conviction profonde que la consommation des animaux et des produits de leur exploitation n’est pas légitime. Le végétarisme et le végétalisme sont l’expression concrète incontournable de cette conviction.

Le décret gouvernemental porte atteinte aux libertés individuelles fondamentales en restreignant le libre exercice des convictions personnelles tel qu’il est proclamé par les Nations Unies:

Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion. Ce droit implique la liberté d’avoir une religion ou n’importe quelle conviction de son choix, ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction, individuellement ou en commun, tant en public qu’en privé, par le culte et l’accomplissement des rites, les pratiques et l’enseignement [2].

Le traitement des animaux fait l’objet d’un débat d’opinion croissant en France même, comme en témoigne la parution de plusieurs ouvrages récents mettant en cause, ou au contraire défendant, la légitimité de la consommation de la viande [3].

La volonté du gouvernement d’imposer dans ce contexte ses propres choix idéologiques et économiques est ouvertement admise:

Le ministre de l’Agriculture, Bruno Le Maire, a annoncé la mise en place d’un programme national pour l’alimentation [qui] vise aussi à freiner l’impact de certains discours, comme celui de l’ex-Beatle Paul McCartney qui a appelé en décembre, en marge du sommet de Copenhague, à une journée hebdomadaire sans viande pour lutter contre le réchauffement climatique. Cet appel avait suscité une levée de boucliers chez les éleveurs […] [4].

La poursuite d’un mensonge nutritionnel institutionnel

Depuis plusieurs années, à travers notamment des éditions successives du Plan National Nutrition Santé (PNNS) et son visage public mangerbouger.fr, les pouvoirs publics diffament le végétarisme et le végétalisme.

Il est au contraire reconnu par de nombreuses autorités médicales et sanitaires dans le monde que l’on peut vivre, et bien, sans consommer la viande et les produits animaux. Par exemple:

La position de l’Association Américaine de Diététique est que les alimentations végétariennes (y compris végétaliennes) bien conçues sont bonnes pour la santé, adéquates sur le plan nutritionnel et peuvent être bénéfiques pour la prévention et le traitement de certaines maladies. Les alimentations végétariennes bien conçues sont appropriées à tous les âges de la vie, y compris pendant la grossesse, l’allaitement, la petite enfance, l’enfance et l’adolescence, ainsi que pour les sportifs [5].

Le débat sur la légitimité de l’exploitation des animaux est de nature philosophique, éthique et politique et doit pouvoir se poursuivre. Il n’est pas acceptable que l’État français, sous couvert d’une mesure de santé publique fondée sur des contre-vérités nutritionnelles, veuille interdire ce débat par la mise hors-la-loi de l’expression concrète d’une conviction.

Les végétariens se mobilisent

Des collectifs et associations végétariens s’organisent partout en France pour exprimer leur indignation face à ce décret, alerter l’opinion publique et contester les affirmations nutritionnelles diffusées par les pouvoirs publics. Des actions vont être organisées de manière imminente dans toutes les régions de France.

Ils appellent toutes les personnes et organisations soucieuses de défendre la liberté de conviction, quelles que soient leurs propres positions concernant l’exploitation animale, à joindre leur voix à ces protestations.

L’Initiative Citoyenne pour les Droits des Végétariens a déjà contacté les Nations Unies en mai dernier pour signaler des épisodes concrets de discrimination à l’encontre de personnes végétariennes en France[6]. Si le décret n’est pas retiré, l’ICDV annonce une nouvelle plainte contre la France pour violation de la liberté de conviction.

Signé par :

ACTA, ALARM, Animalsace, Animavie, Aquitaine décroissance, Association pour un homme plus humain, Avis, CABle, CLEDA, CLAM, Convention Vie et Nature, ICDV, One Voice, Nea, Revégez-vous, Veggie Pride, VegFest, VG56, Vivants, etc.

notes :

[1] Décret n° 2011-1227 du 30 septembre 2011 et arrêté du 30 septembre 2011. Ces textes font suite à la loi n°2010-874 du 27 juillet 2010 dite «loi de modernisation de l’agriculture et de la pêche», qui dispose que : « Les gestionnaires, publics et privés, des services de restauration scolaire et universitaire ainsi que des services de restauration des établissements d’accueil des enfants de moins de six ans, des établissements de santé, des établissements sociaux et médico-sociaux et des établissements pénitentiaires sont tenus de respecter des règles, déterminées par décret, relatives à la qualité nutritionnelle des repas qu’ils proposent […]. »

[2] Déclaration sur l’élimination de toutes formes d’intolérance et de discrimination fondées sur la religion ou la conviction, proclamée par l’Assemblée générale des Nations Unies le 25 novembre 1981 (http://www2.ohchr.org/french/law/religion.htm), art. 1.1.

[3] En particulier Jonathan Safran Foer, Faut-il manger les animaux ? (Éd. de l’olivier, janvier 2011) ; Marcela Iacub, Confessions d’une mangeuse de viande – Pourquoi je ne suis plus carnivore (Fayard, mars 2011) ; Dominique Lestel, Apologie du carnivore (Fayard, avril 2011).

[4] Dépêche AFP du 21/01/2010.

[5] Position officielle de l’Association Américaine de Diététique.

[6] Voir sur le blog de l’ICDV, http://www.icdv.info/.

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Signez la pétition contre ce décret:
Pétition contre l’obligation de manger de la viande à l’école

> http://petition.icdv.info/

> http://petition.icdv.info/accueil

> et en anglais : http://petition.icdv.info/en

6 octobre 2011 - Posted by | Alimentation, ANTI SPECISME, DECROISSANCE | , , , ,

4 commentaires »

  1. Tiens … je suis en train de lire  » Faut-il manger les animaux ?  »
    Au lieu de faire de telles lois, ils devraient plutôt s’occuper de dépolluer les assiettes de nos bambins … pesticides, glutamate, additifs controversés … ils se plaignent de l’ obésité mais la réalité est tout autre, ce qu’ il faut c’est éduquer les parents et les enfants … stop aux mensonges publicitaires … en ce moment sur arte , il y a de très bons reportages … c’est un nouveau système qu’ il faut entièrement repensé … certains veulent du bio , d’autres du local, personnellement ce que je veux c’est du sain pour nos bambins, or lorsque que l’ on aborde la conversation en commission des menus, le seul argument qui revient c’est le coût , et le fait que les parents ne voudront pas payer 50 centimes de plus …. mais que vaut 50 centimes lorsqu’il s’ agit de la santé de nos enfants … rappelons nous que notre corps est constitué parles aliments que nous mangeons,  » Je suis ce que je mange  » … si la nature de ces aliments est dénaturée, dévitaminée, empoisonnée par tous leurs additifs industriels ( les cuisiniers ne sont là que pour réchauffer ) alors il ne faut pas s’étonner que nos enfants soient malades, qu ‘il y ait de plus en plus d’enfants allergiques ( sulfites, glutamates), hyperactifs ( colorants ) … leurs foies sont mis à rude épreuve alors que leurs corps sont en pleine construction …. même les aliments qui sont étiquetés bios peuvent être malsain pour la santé ( nitrites, sirop de glucose-fructose, riz blanc poli à l’ amiante…) … Je pense que le problème est beaucoup plus profond que cela …. En effet, il faut batailler pour garder notre liberté, mais honnêtement, quand je vois la composition de tous ses aliments industriels, je ne peux me dire que je n’ ai pas la liberté de manger des produits sains car il y en a trop peu… là ma liberté est atteinte … et le futur de tous les enfants aussi … malheureusement, nous les empoissonnons tous les jours, et pas seulement avec la nourriture … c’est un bras de fer entre les grandes entreprises multinationales soutenues par les politiques et le capitalisme contre nous citoyens qui souhaitons vivre sainement … Mais lorsque l’ on touche le mode de vie … et le changement qu’il faudrait mettre en place … il n’ y a plus personne, les oreilles deviennent sourdes, et les yeux aveugles … Moi, j’ ai choisi … mes enfants ne mangent plus à la cantine … mais je pense souvent à ceux qui voudraient le faire et qui ne peuvent pas ….

    Commentaire par Stephanie Gassies | 6 octobre 2011 | Répondre

    • tout à fait, il ne suffit pas d’essayer de se protéger , mais il faut également informer et ne pas compter sur les instances officielles

      Commentaire par web | 15 octobre 2011 | Répondre

  2. ya t il une pétition que l’on pourrait signer pour montrer notre soutien et notre désaccord avec cette loi ????

    Commentaire par Christelle | 15 octobre 2011 | Répondre

    • je me renseigne sur une pétition(qui n’existe pas encore me semble-t-il).Cependant, l’Association Végétarienne de France a lancé une campagne pour que des menus végétariens équilibrés et variés soient disponibles chaque jour en restauration collective.lien ici Des actions sont en préparation au niveau national par un collectif de différentes asso. Je publierais les infos dés qu’elles seront confirmées.A-D

      ça y est, les pétitions sont publiées :
      >
      > http://petition.icdv.info/

      Commentaire par web | 15 octobre 2011 | Répondre


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :