Aquitaine décroissance

vers une démocratie générale

Blaye 99: retour sur un accident nucléaire majeur

La nécessité d’un arrêt total des programmes nucléaires démontrée par l’exemple.

Après la tempête – Centrale de Blaye

La centrale nucléaire du Blayais n’a pas résisté à la tempête de la fin de siècle.

Le scénario catastrophe a été évité de justesse. La conception du site est sans doute à revoir.

Les tranches 1 et 2 de la centrale nucléaire du Blayais, à l’arrêt depuis la tempête des 27 et 28 décembre dernier,

sont passées très près d’un véritable scénario catastrophe, et elles vont vraisemblablement devoir être déchargées de leur combustible,

le temps que d’importantes réparations soient effectuées sur le site.

En effet, l’inondation d’une bonne partie des bâtiments a successivement mis hors d’usage plusieurs installations de sauvegarde,

comme le circuit d’injection de sécurité (RIS), qui permet de rétablir le niveau du circuit primaire, et l’EAS (aspersion de l’enceinte),

qui permet de faire baisser la température à l’intérieur du bâtiment réacteur en cas d’accident.

Quand ce fut au tour, à 8 h 23, le matin du 28 décembre, de la moitié des pompes du circuit SEC (eau brute de sauvegarde),

qui prélève l’eau en Gironde, la situation est devenue très grave.

C’est le SEC qui assure en effet le refroidissement de l’ensemble, par l’intermédiaire d’autres circuits, et la sûreté de la tranche n° 1 ne tenait plus qu’à deux pompes,

justifiant le déclenchement d’un plan d’urgence interne.

FUSION

Comme l’explique Christophe Quintin, responsable de la division nucléaire à la DRIRE (Direction régionale de l’industrie, de la recherche et de l’environnement) de Bordeaux,

« si le SEC avait lâché, on se retrouvait dans la configuration de l’exercice fait à Golfech en novembre dernier, où l’on avait simulé la fusion du coeur de la centrale au bout de dix heures ».

La fusion du coeur étant l’accident le plus grave qui puisse survenir à une centrale nucléaire et peut conduire à la rupture de l’enceinte de confinement.

Cette possibilité est tellement prise au sérieux que les experts de l’Institut de protection et de sûreté nucléaire (ISPN) calculent actuellement

quelle a été la probabilité de s’en approcher le 28 décembre dernier.

Hier, Jérôme Goellner, adjoint au directeur de la sûreté des installations nucléaires (DSIN), s’est rendu à Blaye en compagnie de

Christophe Quintin pour une « visite technique » destinée à évaluer la situation pour prendre des décisions aujourd’hui.

La DSIN devrait faire connaître en fin d’après-midi ses recommandations pour les prochains jours.

Il s’agit dans l’immédiat de remettre tous les équipements en marche, pompes, vannes et autres appareils pour assurer la sécurité qui est en partie rétablie,

permettant l’allègement du plan d’urgence interne.

Cette phase devrait être terminée vers la mi-janvier, indiquait hier l’EDF. Il faudra aussi rétablir les digues de la centrale avant les grandes marées prévues à la fin du mois.

VINGT ANS APRÈS

Mais tout le matériel, qui a été plongé dans l’eau saline de la Gironde, est sérieusement endommagé, corrodé, et il faudra sans doute prévoir ensuite de longs travaux,plusieurs semaines,expliquait hier la direction de la centrale.

Pour les entreprendre en toute sûreté, les autorités de tutelle d’EDF envisageaient sérieusement hier de recommander le déchargement du combustible des tranches 1 et 2.

Ce qui les rendrait plutôt indisponibles pour quelques mois.

Il faudra aussi comprendre, explique Christophe Quintin, pourquoi une centrale nucléaire,

dont la plate-forme devait rester hors d’eau à la suite d’une « surcote de marée millénale », a pu voir ses installations vitales submergées par de

l’eau qui s’est engouffrée dans les multiples galeries techniques, vingt ans seulement après sa construction.

« On peut se tromper, explique-t-il, il y a un travail de conception à revoir. »

On ne disposait évidemment pas de statistiques précises sur les tempêtes des mille dernières années, mais il faudra désormais tenir compte de celle-ci

qui s’est pourtant produite avec un faible coefficient de marée.

Si la conception n’avait pas tout prévu, à aucun moment, en revanche, la gestion de la crise par le personnel EDF n’a été mise en cause par la tutelle.

Alors que de banales opérations de maintenance sont parfois dans certaines centrales l’occasion d’erreurs de routine, il semble que le grave incident

de la semaine dernière ait été l’objet d’un « sans-faute ».


Source:http://tchernoblaye.free.fr/

……………………………………………..

Article liés:


14 mars 2011 - Posted by | ECONOMIE LOCALE, ENERGIE | , , , , , , , ,

14 commentaires »

  1. […] Blaye 99: retour sur un accident nucléaire majeur. […]

    Ping par L’inquiétante centrale nucléaire de Blaye « Aquitaine décroissance | 21 mars 2011 | Répondre

  2. […] On sera passé à deux doigts de la catastrophe, et Juppé, alors maire de Bordeaux, avait envisagé l’évacuation de sa ville. lien […]

    Ping par Fukushima, le Monde du Silence | CentPapiers | 28 mars 2011 | Répondre

  3. […] On sera passé à deux doigts de la catastrophe, et Juppé, alors maire de Bordeaux, avait envisagé l’évacuation de sa ville. lien […]

    Ping par [Nucléaire - Désinformation] Fukushima, le Monde du Silence – AgoraVox le média citoyen | Club de l'Europe | 29 mars 2011 | Répondre

  4. […] Blaye 99: retour sur un accident nucléaire majeur « Aquitaine décroissance. […]

    Ping par [France - Nucléaire] Blaye 1999 : retour sur un accident nucléaire majeur « Aquitaine décroissance | Club de l'Europe | 30 mars 2011 | Répondre

  5. […] Blaye 99: retour sur un accident nucléaire majeur. […]

    Ping par L’union européenne autorise l’importation de produit alimentaires radioactifs originaire du japon « Aquitaine décroissance | 27 avril 2011 | Répondre

  6. […] Blaye 99: retour sur un accident nucléaire majeur. […]

    Ping par Les risques de radiation en provenance de Fukushima ne sont « plus négligeables » en Europe « Aquitaine décroissance | 27 avril 2011 | Répondre

  7. […] En effet, Alain Juppé, maire de Bordeaux, à l’époque, a été à deux doigts de faire évacuer toute la ville, tant la situation semblait compromise. lien […]

    Ping par Nucléaire, la cible terroriste | cabanel.7duquebec.com | 11 mai 2011 | Répondre

  8. […] En effet, Alain Juppé, maire de Bordeaux, à l’époque, a été à deux doigts de faire évacuer toute la ville, tant la situation semblait compromise. lien […]

    Ping par Nucléaire, la cible terroriste | CentPapiers | 12 mai 2011 | Répondre

  9. […] Blaye 99: retour sur un accident nucléaire majeur. […]

    Ping par la France a été contaminée dès le 22 mars 2011 « Aquitaine décroissance | 25 mai 2011 | Répondre

  10. […] La catastrophe avait été évitée de justesse. lien […]

    Ping par La passoire nucléaire » COLLECTIF STOP BUGEY | 6 décembre 2011 | Répondre

  11. […] La catastrophe avait été évitée de justesse. lien […]

    Ping par La passoire nucléaire | CentPapiers | 6 décembre 2011 | Répondre

  12. […] En effet, Alain Juppé, maire de Bordeaux, à l’époque, a été à deux doigts de faire évacuer toute la ville, tant la situation semblait compromise. lien […]

    Ping par Nucléaire, la cible terroriste | Les 7 du Québec | 17 mai 2013 | Répondre

  13. […] incidents et accidents graves , frôlant de peu l’évacuation en 1999 (voir l’article blaye 99 retour sur un accident nucléaire majeur) ont eu lieu ces dernières […]

    Ping par Alerte: Coupure des 4 réacteurs #nucléaires de Blaye #bordeaux | Aquitaine décroissance | 16 juillet 2014 | Répondre

  14. […] Christophe Quintin, responsable de la division nucléaire à la DRIRE (direction régionale de l’industrie, de la recherche et de l’environnement) de Bordeaux ajoutait : « il faudra aussi comprendre pourquoi une centrale nucléaire, dont la plate forme devait rester hors d’eau à la suite d’une surcote de marée milléniale à pu voir ses installations vitales submergées par de l’eau qui s’est engouffrée dans les multiples galeries techniques (…) on peut se tromper, il y a un travail de conception à revoir (…) alors que la tempête s’est produite avec un faible coefficient de marée  ».lien […]

    Ping par Une marée pas marrante | CentPapiers | 2 mars 2015 | Répondre


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 4 628 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :