Aquitaine décroissance

vers une démocratie générale

Le développement n’est pas le remède à la mondialisation, c’est le problème !

Par Serge Latouche, Professeur émérite à l’université de Paris-Sud.(janvier 2002)

Il existe une quasi-unanimité à gauche (et même au centre) pour dénoncer les méfaits d’une mondialisation libérale, voire ultra-libérale.

Cette critique consensuelle s’articule sur six points :

1) la dénonciation des inégalités croissantes tant entre le Nord et le Sud, qu’à l’intérieur de chaque pays,

2) Le piège de la dette pour les pays du Sud avec ses conséquences sur l’exploitation inconsidérée des richesses naturelles et la réinvention du servage et de l’esclavage (en particulier des enfants),

3) la destruction des écosystèmes et les menaces que les pollutions globales font peser sur la survie de la planète,

4) la fin du welfare, la destruction des services publics et le démantèlement des systèmes de protection sociale,

5) l’omnimarchandisation, avec les trafics d’organes, le développement des « industries culturelles » uniformisantes, la course à la brevetabilité du vivant,

6) l’affaiblissement des États-nations et la montée en puissance des firmes transnationales comme « les nouveaux maîtres du monde ».

Pour suppléer aux défaillances du marché, au Sud, on fait largement appel au « samu mondial » dont les ONG humanitaires, les urgenciers sont l’outil capital. Le tiers secteur ou l’économie sociale et solidaire ont vocation à remplir le même objectif au Nord. Le (re)développement peut-il être le remède à ces maux?

Au fond, beaucoup le pensent, et en particulier tous ceux qui prônent « une autre mondialisation ». Il faudrait revenir au développement en le corrigeant, s’il y a lieu de ses effets négatifs. Un développement « durable » ou « soutenable » apparaît ainsi comme une panacée tant pour le Sud que pour le Nord. C’est plus ou moins la conclusion de ce que nous avons entendu encore récemment à Porto Alegre. Cette aspiration naïve à un retour du développement témoigne à la fois d’une perte de mémoire et d’une absence d’analyse sur la signification historique de ce développement.

La nostalgie des « trente glorieuses », cette ère de la régulation keynéso-fordiste qui fut celle de l’apothéose du développement nous fait oublier qu’en mai 1968, c’est précisément cette société de « bien-être » -là qui était dénoncée comme société de consommation et société du spectacle n’engendrant que l’ennui d’une vie sans autre perspective que « métro-boulot-dodo », fondée sur un travail à la chaîne répétitif et aliénant. Si on exalte encore volontiers les cercles vertueux de cette croissance qui constituait un « jeu gagnant-gagnant-gagnant », on oublie volontiers les deux perdants : le tiers-monde et la nature. Certes, l’État gagnait, le patronat gagnait et les travailleurs, en maintenant la pression, amélioraient leur niveau de vie, mais la nature était pillée sans vergogne (et nous n’avons pas fini d’en payer l’addition…), tandis que le tiers-monde des indépendances s’enfonçait un peu plus dans le sous-développement et la déculturation. En tout état de cause, ce capitalisme régulé de l’ère du développement aura été une phase transitoire menant à la mondialisation.

Si le développement, en effet, n’a été que la poursuite de la colonisation par d’autres moyens, la nouvelle mondialisation, à son tour, n’est que la poursuite du développement avec d’autres moyens. L’État s’efface derrière le marché. Les États-nations qui s’étaient déjà fait plus discrets dans le passage du témoin de la colonisation au développement quittent le devant de la scène au profit de la dictature des marchés (qu’ils ont organisée…) avec leur instrument de gestion, le F.M.I., qui impose les plans d’ajustement structurels. Toutefois, si les « formes » changent considérablement (et pas que les formes), on est toujours en face de slogans et d’idéologies visant à légitimer l’entreprise hégémonique de l’Occident, et singulièrement des États-Unis, aujourd’hui. Rappelons la formule cynique d’Henry Kissinger, « La mondialisation n’est que le nouveau nom de la politique hégémonique américaine ». Il n’y a pas dans cette approche de remise en question de l’imaginaire économique. On retrouve toujours l’occidentalisation du monde avec la colonisation des esprits par le progrès, la science et la technique. L’économicisation et la technicisation du monde sont poussées à leur point ultime. Or, c’est cela même qui constitue la source de tous les méfaits dont on accuse la mondialisation.

C’est le développement réellement existant, celui qui domine la planète depuis deux siècles, qui engendre les problèmes sociaux et environnementaux actuels. Le développement n’est qu’une entreprise visant à transformer les rapports des hommes entre eux et avec la nature en marchandises. Il s’agit d’exploiter, de mettre en valeur, de tirer profit des ressources naturelles et humaines. Quel que soit l’adjectif qu’on lui accole, le contenu implicite ou explicite du développement c’est la croissance économique, l’accumulation du capital avec tous les effets positifs et négatifs que l’on connaît : compétition sans pitié, croissance sans limite des inégalités, pillage sans retenue de la nature. Le fait d’ajouter le qualificatif « durable » ou « soutenable » ne fait qu’embrouiller un peu plus les choses. En ce moment même circule un manifeste pour un développement soutenable signé par de nombreuses célébrités dont Jean-Claude Camdessus, l’ancien président du Fonds Monétaire International !

Notre surcroissance économique dépasse déjà largement la capacité de charge de la terre. Si tous les citoyens du monde consommaient comme les américains moyens les limites physiques de la planète seraient largement dépassées. Si l’on prend comme indice du « poids » environnemental de notre mode de vie « l’empreinte » écologique de celui-ci en superficie terrestre nécessaire on obtient des résultats insoutenables tant du point de vue de l’équité dans les droits de tirage sur la nature que du point de vue de la capacité de régénération de la biosphère. En prenant en compte, les besoins de matériaux et d’énergie, ceux nécessaires pour absorber déchets et rejets de la production et de la consommation et en y ajoutant l’impact de l’habitat et des infrastructures nécessaires, les chercheurs travaillant pour le World Wide Fund (WWF) ont calculé que l’espace bioproductif par tête de l’humanité était de 1,8 hectare. Un citoyen des États Unis consomme en moyenne 9,6 hectares, Un Canadien 7,2, un Européen moyen 4,5. On est donc très loin de l’égalité planétaire et plus encore d’un mode de civilisation durable qui nécessiterait de se limiter à 1,4 hectare, en admettant que la population actuelle reste stable . On peut discuter ces chiffres, mais ils sont malheureusement confirmés par un nombre considérable d’indices (qui ont d’ailleurs servi à les établir). Ainsi, pour que l’élevage intensif fonctionne en Europe, il faut qu’une surface pour ce qu’on appelle des « cultures en coulisses » équivalant à sept fois celle de ce continent soit employée dans d’autres pays à produire l’alimentation nécessaire aux animaux ainsi élevés sur un mode industriel … Pour survivre ou durer, il est donc urgent d’organiser la décroissance. Quand on est à Rome et que l’on doit se rendre par le train à Turin, si on s’est embarqué par erreur dans la direction de Naples, il ne suffit pas de ralentir la locomotive, de freiner ou même de stopper, il faut descendre et prendre un autre train dans la direction opposée. Pour sauver la planète et assurer un future acceptable à nos enfants, il ne faut pas seulement modérer les tendances actuelles, il faut carrément sortir du développement et de l’économicisme comme il faut sortir de l’agriculture productiviste qui en est partie intégrante pour en finir avec les vaches folles et les aberrations transgéniques.

Conclusion : Le développement comme la mondialisation sont des « machines » a affamer les peuples. Avant les années 70, en Afrique, les populations étaient « pauvres » au regard des critères occidentaux, en ce sens qu’elles disposaient de peu de biens manufacturés, mais personne, en temps normal, ne mourrait de faim. Après 50 années de développement, c’est chose faite. Mieux, en Argentine, pays traditionnel d’élevage bovin, avant l’offensive développementiste des années 80, on gaspillait inconsidérément la viande de boeuf, abandonnant les bas morceaux. Aujourd’hui, les gens pillent les supermarchés pour survivre et les fonds marins, exploités sans vergogne par les flottes étrangères entre 85 et 95 pour accroître des exportations sans grand profit pour la population, ne peuvent plus constituer un recours.

Comme le dit Vandana Shiva : « Sous le masque de la croissance se dissimule, en fait, la création de la pénurie ».

George W. Bush déclarait le 14 février 2002 à Silver Spring devant l’administration de la météorologie que « parce qu’elle est la clef du progrès environnemental, parce qu’elle fournit les ressources permettant d’investir dans les technologies propres, la croissance est la solution, non le problème » . Nous affirmons tout au contraire que, bien loin d’être le remède à la mondialisation, le développement économique constitue la source du mal. Il doit être analysé et dénoncé comme tel.

………………………………………………

source:http://citoyen.eu.org/doc/latouche.php

……………………………………………..

Articles liés:
Publicités

23 février 2011 - Posted by | DECROISSANCE | , , , , , ,

Un commentaire »

  1. […] This post was mentioned on Twitter by adecroissance and Claudio PulgarPinaud, adecroissance. adecroissance said: Le développement n'est pas le remède à la mondialisation, c'est le problème !: http://wp.me/p1ccBJ-jU […]

    Ping par Tweets that mention Le développement n’est pas le remède à la mondialisation, c’est le problème ! « Aquitaine décroissance -- Topsy.com | 23 février 2011 | Réponse


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :