Aquitaine décroissance

vers une démocratie générale

Les prix de la nourriture atteignent des niveaux record dans le monde

Les prix de la nourriture atteignent des niveaux record dans le monde

La FAO a annoncé que les prix de la nourriture avaient atteint un niveau record en janvier 2011 au niveau mondial, du fait notamment des phénomènes météorologiques extrêmes qui affectent de nombreux pays.

Les prix de la nourriture au niveau mondial ont atteint un niveau record en janvier, et les récents événements météorologiques catastrophiques autour du globe pourraient mettre encore davantage de pression sur le coût de la nourriture.

Pour le septième mois consécutif, l’Indice des Prix de la Nourriture mis à jour par l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) a atteint son niveau le plus haut jeudi depuis ses début en 1990, et a dépassé le pic des 224,1 de juin 2008, dernier record en date lié à la crise alimentaire de 2007/2008, d’après un communiqué.

« Les nouveaux chiffres montrent clairement que la pression sur les prix mondiaux de la nourriture ne décroît pas. Ces prix élevés sont susceptibles de persister dans les mois à venir » a déclaré un expert économiste de la FAO, Abdolreza Abbassian.

Les prix de la nourriture au niveau mondial ont atteint un niveau record en janvier

La montée des prix de la nourriture est revenue sur le devant de la scène après avoir participé à aviver le mécontentement du peuple tunisien qui a débouché sur une révolution politique en janvier conduisant à la démission du Président du pays.

Ce mouvement de contestation s’est depuis lors étendu à l’Egypte et à la Jordanie, et laisse supposer que d’autres pays de la région sécuriseront leurs stocks de céréales pour rassurer leur population.

Le Président de la Banque Mondiale Robert Zoellick a demandé aux leaders mondiaux de « placer l’alimentation en premier » et a souligné le besoin de réduire la volatilité des prix.

« Nous sommes sur le point d’être confrontés à une tendance plus large d’augmentation des prix des biens de base, y compris des prix de la nourriture » a-t-il déclaré.

Une série de phénomènes climatiques affectant les principales cultures de plusieurs pays pourrait par ailleurs exercer davantage de pression sur les prix de la nourriture dans les semaines à venir, alors qu’un cyclone considérable balaie actuellement l’Australie, qu’une tempête de neige ravage les cultures américaines et que des inondations dévastent la Malaisie.

La sécheresse dans la région de la Mer Noire l’an dernier, les pluies diluviennes en Australie, le climat sec en Argentine et l’anticipation d’une augmentation de la demande après les mouvements sociaux en Afrique du Nord et au Moyen Orient, ont déjà fait augmenter le prix du blé jusqu’à son niveau le plus haut depuis deux ans et demi.

L’expert de la FAO a mis l’accent sur l’état actuel des cultures : « C’est la situation des réserves [qui est préoccupante]. Ce n’est pas le moment où nous obtiendrons des réserves supplémentaires du monde entier » a-t-il indiqué.

« Les réserves ne vont pas s’améliorer jusqu’à ce que nous saurons ce qui va se passer (pour les cultures des principaux pays producteurs) plus tard dans l’année » a-t-il ajouté.

La combinaison des prix élevés du pétrole et du carburant, de l’utilisation croissante des biocarburants, du mauvais temps et de l’extension des futurs marchés avait fait augmenter les prix de la nourriture en 2007/2008, provoquant des manifestations violentes dans des pays tels que l’Egypte, le Cameroun et Haïti.

Le Cameroun a déclaré jeudi qu’il avait créé une agence pour acheter et réguler les prix des importations de nourriture, une initiative visant à éviter de revivre l’augmentation des prix qui avait conduit aux émeutes de 2008 au cours desquelles 100 personnes avaient été tuées par les forces de sécurité du pays.

Les économistes européens ont souligné la menace que représente cette soudaine inflation des prix de la nourriture sur les économies mondiales.

D’après Janis Huebner, un économiste pour la banque allemande DekaBank, l’inflation en partie alimentée par l’augmentation des prix de la nourriture pourrait en retour provoquer une augmentation des taux d’intérêt dans plusieurs pays cette année.

« Cela pourrait signifier un ralentissement de la croissance dans les pays qui augmenteront leurs taux d’intérêt » a-t-il indiqué. « Cela pourrait impliquer les pays asiatiques et d’autres régions »

Par Sandra BESSON

Advertisements

6 février 2011 - Posted by | Agriculture vivrière, Alimentation | , , ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :