Des pommes OGM

Posted on 9 décembre 2010

0


L’USDA a demandé une autorisation pour une pomme génétiquement modifiée [OGM] qui ne brunit pas.

Article de SHANNON DININNY Associated Press. CACHEMIRE, Washington (AP)

Une entreprise canadienne de biotechnologie a demandé aux États-Unis  d’approuver une pomme génétiquement modifiés qui ne brunit pas après avoir  été découpée. en prétextant que ce serait une amélioration qui pourrait stimuler les ventes des pommes pour les snacks, les salades et pour d’autres utilisations. Les producteurs de pommes des États-Unis disent qu’il est trop tôt pour savoir s’ils seraient par cette pomme. Il leur apparaît nécessaire de répondre au préalable à des questions sur les qualités du fruit, sur le coût des plantations, et surtout si les consommateurs seraient preneurs de cette innovation.  « Les OGM, Organismes génétiquement modifiés ont une mauvaise réputation dans leur secteur de production», a déclaré Todd Fryhover, le président de la commission des pommes dans l’État de Washington, qui produit plus de la moitié de la récolte américaine. Mais Neal Carter, président de la société qui a développé cette pomme OGM, dit que la technologie permettrait de réduire les coûts de production des tranches de pommes fraîches qui sont devenues l’un des composants les plus populaires dans les boîtes à lunch pour les enfants, et qu’elle pourrait rendre les pommes plus populaires dans les salades et autres repas rapides.  La société Carter, spécialiste des fruits de l’Okanagan, dans le Summerland, en Colombie Britannique au Canada, a pris la licence pour la technologie de non-brunissement auprès de chercheurs australiens qui  furent les premiers à l’utiliser chez la pomme de terre.  Essentiellement, les gènes qui sont responsableq de la production de l’enzyme qui induit le brunissement dans les produits frais, ont été réduits au silence dans la pomme de la variété commercialisée et distribuée sous le nom "Arctic".  « Elle ressemble à d’autres pommiers et elle pousse comme les autres pommiers et elle produit des pommes qui ressemblent à toutes les autres pommes, et lorsque vous coupez ces pommes, elles ne brunissent pas », a déclaré Carter. « Son avantage est quelque chose qui peut être identifié à peu près par tout le monde ». Le Service d’inspection de la santé auprès du Département de l’agriculture animale et végétale des Etats-Unis a considéré environ 100 pétitions concernant des aliments génétiquement modifiés ou des cultures de plants génétiquement modifiées. Ceux qui ont retenu le plus d’attention ont été conçus pour résister à certains désherbants, mais parmi ceux qui l’agence  a autorisés, ils sont génétiquement modifiés pour faire mûrir les tomates plus lentement – la première des plantes génétiquement modifiées, et autorisée aux États-Unis en 1992 – ainsi que des pruniers qui peuvent résister à un virus particulier. « Il s’agit de la première pétition pour des pommes. Les règlements de l’USDA en matière de biotechnologie sont conçus pour veiller à ce que les  cultures de plantes génétiquement modifiées  soient aussi sûres pour l’agriculture et l’environnement, que les variétés  qui sont traditionnellement cultivées », a déclaré le porte-parole André  R. Bell dans un communiqué.

Le Service d’inspection de la Santé animale et végétale fonctionne avec  les services de l’Agence pour la protection de l’environnement et ceux de  la Food and Drug Administration, l’Administration des aliments et des  médicaments, selon le type de produit, pour en assurer la sécurité. Le  processus d’approbation peut prendre des années et il n’est pas sûr du  tout que les  pommes seront autorisées, même si elle passe à travers les épreuves de  l’inspection gouvernementale.  Fryhover a soulevé des préoccupations quant à la pollinisation croisée  entre les arbres classiques et les arbres génétiquement modifiés, s’ils sont plantés en étroite proximité. Il s’est également interrogé sur le  fait de savoir si les pommes ‘Arctic’ vont pouvoir générer suffisamment de ventes et de profits pour supporter les 10.000 $ à 20.000 $ de coût de  replantation par acre. Carter a déclaré que les producteurs replantent leurs vergers  régulièrement et l’entreprise vise à permettre aux gros arboriculteurs de planter ces pommiers sur de grandes parcelles, de façon à ce que la pollinisation croisée soit réduite au maximum. Carter a dit qu’il était  confiant et que ces cultures fruitières ne nuiront pas à l’environnement ;  il a remis des documents à l’USDA et la FDA pour apporter la preuve de cela. «Certaines personnes ne l’aimeront pas simplement en raison de ce  qu’elle est », dit-il. « En fin de compte, c’est un grand produit, sans aucun doute à ce sujet, et les gens verront que le processus utilisé pour  obtenir cela avait une très solide base scientifique ». « Les entreprises ont investi massivement dans les plantes génétiquement  modifiées pour  améliorer le goût, pour augmenter les rendements ou les qualités  nutritionnelles et pour les rendre résistantes à la sécheresse », a  déclaré Andrew Kimbrell, directeur exécutif du Centre pour la sécurité alimentaire, un groupement d’intérêt public à but non lucratif basé à  Washington, D. C. « Souvent, cependant, les gènes qui définissent ces  traits de caractères ne sont qu’une petite partie d’un système complexe »,  a-t-il dit.  « Les scientifiques ont dit qu’ils n’avaient fait que de fermer  interrupteur, mais l’interrupteur est connecté à un autre interrupteur et  puis à un autre commutateur », rappelle Kimbrell. « Vous ne pouvez pas  faire quelque chose de simple comme cela dans la Nature : c’est confortable de penser ainsi, mais ça ne fonctionne tout simplement pas de cette manière ».  il a également dit que la technologie du non-brunissement semble bénéficier avant tout aux agriculteurs et aux expéditeurs, plus qu’aux consommateurs, en permettant  aux entreprises de vendre des pommes qui sont plus âgées que leur  aparence ne le laisse supposer.  "Une pomme botox n’est pas ce que les gens recherchent », dit Kimbrell ; et il prédit l’échec  . L’entreprise Crunch Pak, basée à Cachemire, Washington, est n° 1 sur le  marché des tranches de pomme, avec des clients comme Costco, Kroger Co.,  Publix et Wal-Mart Stores Inc. L’entreprise, fondée en 2000, a triplé de  taille dans un passé de quatre ans, avec près de 500 employés et une  nouvelle usine de traitement en Pennsylvanie. Ses pommes sont rincées dans  une combinaison de calcium et d’acide ascorbique – la vitamine C – pour  conserver la fraîcheur. Le goût et la qualité sont toujours importants,  mais le porte-parole Tony Freytag a déclaré que le plus gros problème est la sécurité des aliments. « Tout à fait honnêtement, je préfère avoir  affaire à une pomme brune que de penser qu’elle est encore OK parce  qu’elle est encore blanche » dit-il. « Je n’adhère pas à l’actualisation des anti-brunissements : ce n’est tout simplement pas la panacée » Tout le monde a convenu que ce sont les consommateurs qui trancheront finalement. Ils ont largement accepté les autres cultures de plantes génétiquement modifiées, mais quant à savoir s’ils feront la même chose  avec des pommes, cela reste à voir.  « Il y a quelque chose de particulier au sujet des pommes. C’est le  symbole de la santé et de la nutrition ; et puis se dire que ces pommes  ont été génétiquement modifiées, n’est-ca pas aller à l’encontre ce que les consommateurs disent et de ce qu’ils recherchent? », s’est demandé Fryhover. « En ce moment, je ne dirais pas que l’industrie est prête à  aller dans n’importe quelle direction. Nous devons en savoir plus ».

About these ads
Posted in: Alimentation, SANTE